Free Web Hosting Provider - Web Hosting - E-commerce - High Speed Internet - Free Web Page
Search the Web

 

Un conseil de discipline n'est pas un dIner de gala !

 

   L'année dernière, un groupe informel s'est constitué en marge de la contestation classik (syndicats, associations...) afin de lutter contre le spectacle de la vie universitaire, considérant l'organisation présente de la vie comme un mensonge... plus personne n'osant affirmer ses désirs ou de nouvelles envies, acceptant, de fait, les conditions pourries d'existence.

  Ici, l'université et la racaille administrative qui la gère ne font qu'intensifier l'étouffement qui s'est généralisé au reste de la société. Afin de rendre toujours plus inhabitable l'espace universitaire, les décérébrés entreprennent le cloisonnement systématik des bâtiments par des murs (auparavant les bâtiments A, B, C, D, E étaient reliés par un seul et unique couloir intérieur), les rendant ainsi insupportables aux étudiants, et empêchant toute tentative de se retrouver, de « perdre leur temps » dans la rencontre. Cet espace est devenu le leur : surveillé par des k-méras, k-drillé par des rondes de vigiles, aménagé sur le modèle du supermarché, c'est-à-dire sur celui de la non-vie.

 

  

  En réaction, ce groupe s'est mis à la critique, celle dont justement les professeurs sont devenus incapables de formuler non seulement parce que l'habitude neutralise l'esprit critique mais aussi, et surtout, parce qu'ils ont contribué, par la pensée de leur discipline, à la mise au pas des choses (compréhension des mécanismes psychologiques, sociologie des comportements en milieu urbain ...). Or une centaine de personnes s'est mise à défoncer l'un des murs édifié durant l'année. Suite à cette action et à une autre de graffitis, deux individus n'ayant pas participé à ces faits sont traînés devant le conseil de discipline et incriminés au pénal. Ce qu'ON leur reproche, c'est d'avoir participé à cette critique de la négation de la vie individuelle et collective, et pour mieux le leur reprocher ON les accuse de tout et n'importe quoi.

 

CONTRE LES COUPS DE MATRAQUES DE L'UNIVERSITÉ,

SOLIDARITÉ OFFENSIVE AVEC NOS CAMARADES !!!

 

RDV le 4 Oktobre à 10H00 dans la salle de conférences du bâtiment B